Rebondir 3

REBONDIR – 3ème édition

 

Carton-V2

 

Exposition du 5 au 24 juillet et du 18 août au 15 septembre 2014. Vernissage le jeudi 3 juillet de 19h30 à 22h.

 

Lauréats : Christine Ancona, Tessa Chery, Rose Lecat, Cédric Obstoy, Aurélie Scouarnec, Jean-Marie Sztalryd, Fabienne Vallin, Claudia Waldmann 

 

Voici la troisième édition des lauréats du concours Rebondir. Son principe est simple : nos visiteurs sont incités à prendre pour base de réflexion et moteur de travail un projet artistique exposé à l’Immixgalerie pendant la saison (pour des raisons d’organisation évidentes, les expositions-supports ont été « Dissolution », « Projets Abandonnés 2 » et « Mémoires Familiales »).

 

Un jury de quatre spécialistes a été constitué. Il comprenait :

  • Jean-Gabriel Lopez, président du jury ( artiste photographe, Prix de Rome, enseignant à l’école Louis Lumière, commissaire des Rencontres Photographiques du 10e )

  • Frantz Guehl ( responsable de la communication et de la gestion graphique au CRL10, pour les quatre centres d’animation du 10e )

  • Bruno Dubreuil ( programmeur de la galerie, artiste photo, enseignant photo, chroniqueur photo pour Our Age is Thirteen)

  • Carlo Werner ( programmeur de la galerie, artiste photo, responsable du département d’enseignement de la photo au Centre Jean Verdier, commissaire des Rencontres Photo du 10e)

 

Une vingtaine de projets présentés étaient présentés, huit retenus, et parmi eux, une grande majorité (six) prolongeant le thème qui lie photographie et mémoire. Et on en concluerait presque que cette thématique, à elle seule, puisse embrasser toutes les occurrences de la pratique photographique.

Ici, sur les photos rescapées d’un incendie, les corps et les visages se transforment en fantômes du temps. Là, la photographie, par son travail de recomposition, tente de recréer l’image d’un souvenir enfoui. Plus loin, elle pallie à une Histoire douloureuse qui a voulu effacer de la mémoire collective des peuples entiers. Ultimement, l’image photographique est retournée, face cachée, ne laissant subsister que son lien à une mémoire parlée. Avant que peut-être, plus tard, elle ne reprenne ses pouvoirs.

Histoires singulières, mémoire collective, images mentales, effacement de l’image jusqu’à la disparition. Tout finit par résonner à l’intérieur de ce thème de la mémoire (et même les deux projets qui sont en lien direct avec les expositions « Dissolution » et « Projets Abandonnés » pourraient êtres lus comme des œuvres en rapport avec la mémoire). Fidèle, inconstante ou imaginaire, la mémoire, de photographie en photographie, ne cesse de rebondir.

 

Bruno Dubreuil / Immixgalerie

Accrochage

 


Vernissage