Un monde à portée de vue, étendre le regard

Du 24 mai au 19 juin 2019

Un monde à portée de vue – Etendre le regard

Proposition inscrite dans la continuité de la précédente exposition « Tisser des histoires ». Avec « Tisser des histoires », nous nous interrogions sur la façon dont une oeuvre photographique, en assemblant le divers pouvait créer une forme de récit, celle qui la fonde, celle de l’événement qu’elle représente, celle de la création d’une forme de sens.

Avec « Un monde à portée de vue – Etendre le regard », la proposition est de réfléchir à la façon dont l’oeuvre photographique – mais au-delà toute forme d’oeuvre créée ses propres coordonnées, délimite les limites d’un espace, relie des éléments – en leur donnant un sens ou en les installant dans l’énigme. « Un monde à portée de vue – Etendre le regard » revient à s’interroger sur la façon dont la photographie délimite l’espace, arpente le réel, est constitutive d’une topographie ; sur la façon dont elle est un acte d’ouverture qui demande à être prolongé.

L’exposition permettra de s’interroger sur la façon dont une photographie ouvre un monde – qu’il prenne appui sur le réel ou soit complètement imaginaire – et nous amène à nous interroger sur celui-ci, pour mieux en comprendre la portée et la signification, que celle-ci soit abstraite, géométrique, poétique, mais aussi sociale, politique, écologique… Comment l’oeuvre photographique place-t-elle à la portée d’un regard une multitude de coordonnées, de repères, d’éléments, qu’elle agence pour produire du sens et de l’énigme ?

Mais en plaçant ainsi le monde à portée de vue, la photographie invite à également à prolonger le regard. Elle nous fait rentrer dans un monde, dont elle ne nous livre pas toutes les clés ; elle nous place sur un mode interrogatif face à celui-ci. La photographie peut ainsi être prolongée, et travailler en lien avec d’autres médias : textes, autres photographies, sculptures, vidéos, dessins… La photographie ouvre ainsi un monde et se prolonge au travers d’autres médias. Elle constitue alors une invitation pour celui qui la contemple, à sortir de ses repères habituels, pour entrer dans une méditation artistique en résonance avec l’artiste et interroger ainsi les modèles de sa perception, ses représentations, mais aussi ses valeurs ou ses normes sociales. En se prolongeant, l’expérience photographique, créatrice d’un monde, peut devenir méditation poétique ou réflexion sociétale, l’une pouvant nourrir l’autre.

« Le monde à portée de vue – Etendre le regard » propose donc d’explorer cette double dimension : comment la photographie ouvre un monde ; comment la photographie, après ce geste d’ouverture, se prolonge sous d’autres formes.

Bastien Engelbach

L’EXPOSITION

VERNISSAGE

RENCONTRE – DEBAT